Accueil > Revue de presse locale > Denis Coderre veut plus de caméras dans les rues de Montréal

Denis Coderre veut plus de caméras dans les rues de Montréal

Voir en ligne : Denis Coderre veut plus de caméras dans les rues de Montréal

Pour répondre aux inquiétudes de certains résidants du centre-ville de Montréal, notamment ceux du Village gai, le maire Denis Coderre veut « lancer le débat » sur l’installation de caméras de surveillance extérieure.

Karim Benessaieh
La Presse

Pour répondre aux inquiétudes de certains résidants du centre-ville de Montréal, notamment ceux du Village gai, le maire Denis Coderre veut « lancer le débat » sur l’installation de caméras de surveillance extérieure.

La consultation qu’il propose dès maintenant aux Montréalais ne sera pas formelle et n’impliquera pas l’Office de consultation publique de Montréal, a-t-il précisé en point de presse ce midi à l’hôtel de ville. « Je lance le débat. La question qu’on pose, c’est s’il y a un lien entre la baisse de criminalité et la mise en place de certaines caméras. Je veux demander aux Montréalais, soit par l’entremise des conseils d’arrondissement ou au conseil de ville. »

Il n’a pas caché sa position dans le débat : « On a besoin d’avoir plus de vidéosurveillance. Mais je veux m’assurer qu’il y ait un cadre légal pour qu’on puisse protéger les renseignements personnels. »

Dès ce printemps

Le maire a convoqué ce matin le directeur du Service de police de la Ville de Montréal, Marc Parent, devant le comité exécutif. Sans approuver le projet, ce dernier a simplement précisé que son service comptait déjà une vingtaine de caméras au centre-ville, notamment dans les environs du métro Beaudry. La Société de transport de Montréal (STM) et l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM) en ont installé respectivement 1200 et 1000.

La décision quant à l’installation de nouvelles caméras pourrait se prendre dès ce printemps, précise le maire Coderre. Un comité spécial a été mis en place pour réunir tous les acteurs et faire des propositions.

« C’est un débat qu’il est important de faire, les grandes villes comme New York et Paris l’ont déjà fait, explique le maire. On a besoin d’un équilibre entre l’ouverture, la protection des droits et la vigilance. On ne partira pas en peur, on veut s’assurer que ce soit fait de la bonne façon. »

Interrogé sur les coûts de cette initiative, il a assuré que son administration se montrerait raisonnable. « On a toujours l’argent pour la sécurité des gens. Il faut le chiffrer, ce n’est pas de dire qu’on va mettre des caméras partout. »

Inquiétudes et statistiques

Il convient que cette idée « n’est pas une panacée » et pourrait être combinée avec d’autres mesures -augmentation de la présence policière, meilleur éclairage- pour rassurer les citoyens. On pourrait également simplement déplacer des caméras déjà installées au centre-ville depuis une dizaine d’années.

Il a de plus rappelé que la perception n’était pas toujours liée aux statistiques : dans le Village, par exemple, la criminalité a diminué de 22% entre 2012 et 2013, tandis que les plaintes pour menaces ont augmenté de 6%.

L’automne dernier, divers reportages ont fait état d’un climat d’inquiétude dans le quartier gai, alors que des résidents ont rapporté avoir été menacés ou battus à la sortie des bars.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document